IN THE PRESS

Brooke Major à la gallerie Duchoze

Brooke Major vous fait entrer dans son monde

Publié 04/08/2014 sur le site internet ouest-france.fr source ici

L'artiste américaine expose ses peintures à l'huile sculptées à l'office de tourisme. Bienvenue dans l'univers de Brooke Major.

Les spectateurs présents au vernissage de l'exposition de Brooke Major, samedi, ont pu être surpris par l'artiste, qui s'était déguisée en princesse pour l'occasion. « Et pourquoi pas ? » a-t-elle répondu, lorsqu'on l'a interrogée sur ce choix. L'Américaine n'est plus à une excentricité près dans son parcours. Un parcours qui l'a vue passer par les beaux-arts à Paris, puis Atlanta (sa ville d'origine) et le haras du Martinvast (Manche), dont elle a été pendant cinq ans la directrice.

Jusqu'au 23 août, la trentenaire expose ses peintures à l'huile sculptées sur le thème du cheval à l'office de tourisme. « Je suis éleveuse dans le Calvados, je possède trente chevaux. Mais j'ai décidé de ne plus les monter, j'apprends plus d'eux en les regardant », explique-t-elle.

Ses peintures d'équidés, qui confinent à la sculpture par le relief que l'artiste leur donne, lui ont demandé six mois de travail. « Je voulais que ce soit parfait », lâche-t-elle. Arrivée en France il y a 17 ans, celle qui voulait être éleveuse depuis qu'elle avait trois ans a aujourd'hui atteint son but. « Ma mère ne voulait pas que je sois artiste, donc j'ai fait Sciences Po Paris. Mais je voulais faire des tableaux et des chevaux », confie-t-elle.

Sa méthode de travail ? Une toile, l'application d'un fond blanc, qu'elle laisse sécher, avant de développer un bas-relief avec des petits outils de sculpteur. En ressortent les contours, grâce aux jeux de lumière, d'un cheval au galop, des gros plans ou encore un match de polo. Des oeuvres plus communes, en couleur, sont également visibles dans cette exposition dominée par le blanc.

Dernière curiosité : plusieurs de ses médailles obtenues aux Jeux équestres mondiaux (JEM) de la peinture, comme elle l'indique, sont exposées. « Je n'irai pas aux JEM car mes chevaux n'y participent pas », revendique-t-elle de manière sérieuse.

Brooke Major à la gallerie Duchoze

Exposition de peinture de Mlle Brooke Major Galerie du Château de Martinvast

Publié 04/08/2014 sur le site internet ouest-france.fr source ici

Présentation

Une exposition de peinture de Mademoiselle Brooke Major se déroulera dans la Galerie du Château. Ce sont des peintures blanches faites à l'huile par la jeune artiste américaine qui expose dans toute la France, ainsi qu'aux Etats Unis. Ses tableaux sont une subtile composition d'ombre et de lumière.
Le vernissage aura lieu le samedi 5 juin de 18h à 21h dans la galerie du Château et l'artisite sera présente. L'entrée est gratuite pour l'exposition qui aura lieu du 5 juin au 19 septembre 2010 inclus, jour de clôtures des Journées du Patrimoine.


LES PRIX ET LES ESTIMATIONS DES OEUVRES DE BROOKE MAJOR SUR ARCADJA.COM

Rouen : Brook Major, une artiste qui aime déranger avec sa peinture

Publié 26/08/2018 22:20 sur le site internet paris-normandie.fr source ici

Brooke Major et son art à découvrir à la galerie Duchoze

Personnage haut en couleur, Brooke Major se définit comme « outsider » dans son art. À la fois rebelle, « duchampienne » et dada, elle a tout pour plaire : le charme, le talent, l’esprit de contradiction et l’humour dérangeant à souhait.

L’empêcheuse de tourner en rond des toiles a vu le jour à Atlanta, aux États-Unis où elle a vécu ses dix-huit premières années, avant de rejoindre Paris pour ses études. « Ma mère ne voulait pas que je suive un cursus d’art parce qu’elle avait peur que je ne réussisse pas », raconte-t-elle. Au final, elle combine les deux : « J’ai regroupé mes cours de Science Po deux jours par semaine, comme ça m’a permis d’étudier en cours libre aux Beaux-Arts à Paris ». Sa nature rebelle ne met pas longtemps à refaire surface lorsqu’elle tombe sur un professeur qui lui dit que la peinture est morte, qu’il ne fallait plus peindre mais faire plutôt de l’art conceptuel. Elle lui répond alors : « Ceux qui savent peindre le font et ceux qui ne savent pas l’enseignent aux autres ». C’est ça, l’audace de Brooke Major.

La tête de mort de Marilyn

En France, elle découvre la Normandie et l’élevage de chevaux. « Dans ma jeunesse, j’ai toujours monté à cheval et j’ai décidé de me lancer dans l’élevage. » Ce sera chez les Navet où elle apprend à élever les poulains tout en peignant dans un grenier à grain durant quatre ans avant de suivre sa voie. « Ça me bouffait toute mon énergie. J’ai décidé à ce moment-là d’arrêter tous les chevaux. » Les animaux restent des modèles qu’elle maîtrise grâce à cette expérience.

Mais ce n’est pas cette Brooke Major, passionnée par le monde équestre, qui fait tout l’attrait de la Galerie Duchoze : c’est son côté « poil-à-gratter » qui s’éclate dans le détournement. Cheval de Troie version Kama-sutra à l’intérieur, tête de muppets sur une peinture sacrée, et autres réjouissantes provocations, marrantes ou grinçantes, selon les âmes coincées ou non, comme une Marilyn Monroe avec une tête de mort.

« Quand j’étais petite, j’adorais dessiner sur les visages des gens, révèle-t-elle. Sauf que j’avais des problèmes avec le proviseur de l’école parce que je le faisais sur la tête des gamins que je n’aimais pas. »

Brooke Major s’amuse comme une folle à débrider les yeux qui se posent sur son œuvre. Un régal à voir à la Galerie Duchoze, rue d’Amiens, aux côtés de deux autres artistes atypiques : le Franco-Serbe David Djordjevic qui peint sans pinceaux mais directement au tube à l’aide de ses doigts et Liu Zhengyong. Cet artiste chinois « appartient à cette « nouvelle vague » qui ébranle, tonifie notre marché et vient le chahuter pour notre grand bonheur », explique René Réthoré le galeriste.

Brooke Major, David Djordjevic et Liu Zhengyong jusqu’au 8 septembre à la Galerie Duchoze 49, rue d’Amiens, Rouen.

Tél. 02 35 07 34 13

www.duchoze.com

Today 29

Yesterday 44

Week 122

Month 502

Visits 1896

Kubik-Rubik Joomla! Extensions